fbpx
huile d'olive

▷Guide d’initiation aux huiles essentielles > Comment débuter ?

Dilution ​
& premières huiles essentielles

La dilution, c’est une nécessité. Les huiles essentielles (HE) sont rarement utilisées pures, il s’agit toujours de cas précis et très ponctuels. Pour éviter irritations, allergies et effets néfastes à plus long terme, diluez toujours vos HE. Seul un corps gras peut diluer une HE : les huiles essentielles ne se mélangent jamais à l’eau ni à aucune base aqueuse (aloé vera, etc.). Elles s’y éparpillent, c’est tout ! Vous aurez donc besoin, pour bien débuter avec les huiles essentielles, d’huiles végétales de qualité.

1. Diluer avec les huiles végétales

5 huiles végétales pour débuter

Lorsqu'on doit réagir rapidement, on n'a pas toujours l'huile végétale (HV) parfaite sous la main. Mais on a souvent de l'huile de tournesol ou d'olive dans sa cuisine. Ces deux huiles peuvent très bien faire l'affaire (si elles sont de bonne qualité…) et permettent une liaison en douceur des HE et de votre peau.

Sinon, vous pouvez opter pour d'autres HV. En voici 3 exemples :

huile d'olive

L’huile de coco existe en plusieurs version : huile de coco fractionnée (certains acides en sont retirés, elle est plus facile à digérer, elle ne se fige pas selon la température et rancit bien moins vite) ; huile de coco désodorisée, si vous ne souhaitez pas que l'odeur de noix de coco puisse dominer vos mélanges ; huile de coco complète. 

L’huile de jojoba a le pH le plus proche de celui de la peau. Elle est absorbée rapidement. Elle est très indiquée pour les produits cosmétiques que vous réalisez vous-même (elle n’est pas comédogène).

L’huile d'amande douce a une facilité d'absorption plus lente, mais c'est aussi un bon choix.

Choisissez de préférence des huiles végétale bio, vierges, en première pression à froid.

Huile de coco

Huile de jojoba

Huile d'amande douce

Huile d'olive

Huile de tournesol

émolliente, antimicrobienne, antioxydante, agit sur les dommages causés par les radicaux libres, anti-inflammatoire, adoucissante cutanée

antibactérienne, émolliente, aide au soin des blessures, antioxydante, équilibrante cutanée, adoucit les irritations, régénérante cutanée (voir ici)

émolliente, adoucissante cutanée, renforce la fonction immunitaire cutanée, anti-inflammatoire, laxative & vermifuge

émolliente, soin des blessures, nettoyante, anti-inflammatoire, agit sur les dommages causés par les radicaux libres, laxative

émolliente, anti-inflammatoire, protection du système nerveux

Lisez aussi, à l’occasion, ce très bon article sur les propriétés réelles de l’huile d’olive, validées par les recherches scientifiques : les vraies vertus de l’huile d’olive.

Pour gagner du temps et poser des bases solides
à votre utilisation des huiles essentielles :
le module Découverte
Cliquez sur l’image pour savoir comment !

Découverte des huiles essentielles

2. Avec quelles huiles essentielles débuter ?

4 huiles essentielles pour débuter

Il existe beaucoup d'huiles essentielles, on en recense entre 300 à 450 différentes : le choix n'est pas toujours simple quand on débute, c’est sûr. Alors voici quelques propositions pour vous orienter.

L’huile essentielle de tea tree, ou arbre à thé (Melaleuca alternifolia)

flacon tea tree

Cette HE doit faire partie de toute trousse de base. C'est la championne des antibactériennes. Elle est l’une des rares que vous pouvez ponctuellement utiliser pure (à raison d'une seule goutte à la fois, quand même !) sur une petite blessure, une coupure, une éraflure sur la peau ou une piqûre d'insecte. Non seulement elle désinfecte, mais elle aide aussi à la cicatrisation.

On peut l'utiliser en diffusion aux périodes propices aux rhumes et congestion des voies respiratoires. Elle est aussi une aide certaine pour se débarrasser des poux. On peut l'utiliser pour les enfants, en respectant les dosages adaptés. 

À noter : si le parfum particulier du tea tree n'est pas bien supporté, tournez-vous vers l'huile essentielle de fragonia (Taxandria fragrans) ou vers l'HE de manuka (Leptospermum Scoparium), pour ces mêmes propriétés et un parfum plus doux.

L’huile essentielle de lavande vraie (Lavandula angustifolia)

La lavande vraie est parfaite pour de nombreux problèmes qui touchent la peau. Elle est apaisante et cicatrisante.

C'est l'une des huiles essentielles les plus étudiées : elle a aussi fait ses preuves dans les problèmes de sommeil, d'agitation, d'angoisse et de stress.

lavande

À noter : la lavande dite "fine" ne se distingue de la lavande vraie que par un procédé de distillation très légèrement différent. Leurs propriétés sont identiques. Vous pouvez utiliser l'une ou l'autre.

L’huile essentielle de menthe poivrée (Mentha x piperita)

Flacon menthe poivrée

C'est également une huile essentielle aux multiples propriétés très utiles au quotidien. Les maux de tête lui résistent rarement, et si vous êtes sujet·te aux migraines, elle peut être une aide (à tester avant d’avoir une migraine). Elle permet de décongestionner les voies respiratoires en inhalation. Attention cependant : elle ne convient pas du tout aux jeunes enfants (moins de 3 ans). 

Évitez de l'ingérer pure, comme cela vous est proposé parfois sur certains sites, et sachez qu'une goutte d'HE sur un morceau de sucre, un comprimé neutre ou dans du miel équivaut à une ingestion d'HE pure !
D’autres détails sur cette huile essentielle particulièrement efficace ici : Huile essentielle de menthe poivrée.

L’essence de citron (zeste) (Citrus limon)

Cette HE a un grand pouvoir désinfectantDans les périodes propices aux rhumes et autres affections respiratoires, elle est d'une aide précieuse. 

Si vous préparez vous-même vos produits d'entretien, elle vous servira également (désodorisante, désinfectante).

citron

Faites très attention aux conseils trouvés sur le web, et parfois ailleurs : ne l'ingérez pas après en avoir versé quelques gouttes dans votre bouteille d'eau ! Même si vous mélangez bien l'ensemble, l'HE reste pure. À terme, elle risque fort de créer des dégâts sur les muqueuses sensibles de votre système digestif dans son entier.

Essayez-la sur un flacon dont vous avez décollé l'étiquette et dont vous n'arrivez pas à faire disparaître les dernières traces de colle. L'HE de citron vous en débarrassera en quelques instants. Pensez alors à l'action qu'elle peut avoir sur les cellules délicates de votre gorge, de votre œsophage… !

L'HE ou essence de citron zeste se conserve toujours au frais, comme les autres HE obtenues à partir d’agrumes. 

Et si le citron reste l’un de vos agrumes préférés, pensez qu’un jus de citron sera parfois bien plus efficace que l'essence des mêmes citrons, mais il utilisera bien moins de précieuses ressources !

3. Quel matériel utiliser avec les huiles essentielles ?

Le matériel de base

  • Flacons vides : choisissez-les de contenances modérées (5, 10 ou 30 ml), en verre ambré ou bleu pour filtrer les UV et éviter l'oxydation de vos HE.
  • Flacons à bille (roll-on) : parfaits pour avoir vos mélanges à disposition où que vous soyez, et une application facile. Optez là aussi pour des flacons en verre ambré ou bleu.
  • Étiquettes autocollantes : indiquez toujours, sur vos flacons, le mélange exact qu'ils contiennent. C'est une question d'efficacité dans l'organisation (vous trouverez plus vite ce dont vous avez besoin) et cela vous permet aussi de vous souvenir avec exactitude des formules que vous avez utilisées.
  • Diffuseur : choisissez-le en fonction de votre utilisation, et de vos objectifs. Vous pouvez vous référer au tableau comparatif proposé ici : Diffusion des huiles essentielles : choisir son matériel.
  • Pipettes : il en existe de toutes les tailles et contenances. Vous pouvez en trouver à des prix très accessibles.
  • Un flacon d'alcool à 70° (ou 90° si vous en trouvez, mais c’est difficile, en France en tout cas) : utile pour “rincer” vos flacons et pipettes après usage ; évaporation rapide.
  • Une pochette de transport : optez pour un matériau solide qui protègera vos flacons. Pour garder vos HE sensibles, comme le citron, à température très modérée le temps du transport, pensez aux petites pochettes isothermes.

4. Quelles références sur les huiles essentielles ?

Les “infos” façon internet : des avantages et des inconvénients

Internet est une source inépuisable d'informations, et chacun peut s'y exprimer. C'est un avantage certain, mais il a ses inconvénients : on y affirme beaucoup de choses avec certitude, sans forcément s'appuyer sur une base ou des faisceaux de preuves solides.

L'objectif n'y est pas toujours seulement d'informer. Les sites commerciaux ont quelque chose à vous vendre, et plus ils vous donnent de matière à lire, plus vous restez sur ces sites et plus vous êtes susceptibles de finir par acheter leurs produits. Il existe de nombreux blogs de personnes qui représentent les marques qu'elles vendent: l'information qu'elles y partagent a la même vocation à capter votre attention, votre confiance et sans doute votre carte bancaire.

Enfin, les blogs d’aromathérapie n'échappent pas aux règles des blogs en général, et il y en a des millions ! Il y en a de très bons et d’autres beaucoup moins fiables. Et on trouve souvent des informations qui ont été tout simplement copiées ici et là, sans la moindre vérification… Pas facile de faire le tri quand vient juste de débuter avec les huiles essentielles !

Des ouvrages de référence pour débuter avec les huiles essentielles

Tournez-vous, dans un premier temps au moins, celui d'apprendre à connaître les huiles essentielles, vers des ouvrages de référence. 

Il n'y en a pas de parfait ! Et même si, en français, le terme de "bible" est souvent employé, aucun ne peut être une référence unique, car aucun ne contient l'ensemble de ce que vous devez savoir sur les huiles essentielles et leurs utilisations. Il manque toujours quelque chose ! Mais en croisant les informations de deux ou trois ouvrages solides et sérieux, vous devriez pouvoir commencer à naviguer de façon sereine.

Débuter avec les huiles essentielles

Basez-vous, par exemple, sur les monographies de M. Faucon, Traité d'aromathérapie, Les huiles essentielles ; ouvrage relativement coûteux, mais qui rassemble beaucoup des informations que vous trouverez éparpillées ailleurs. 

Pour ce qui est de la sécurité et des contre-indications, la référence incontournable est l'ouvrage de R. Tisserand et R. Young, Essential Oil Safety (2nd edition, Elsevier, 2014) ; il a été traduit en de nombreuses langues, malheureusement pas en français. En revanche, vous pouvez toujours consulter les très bons articles que l'aromathérapeute britannique publie sur le site tisserandinstitute.org : des outils de traduction en ligne existent qui vous permettront d’en tirer le maximum de recommandations utiles.

Robert Tisserand - Essential Oil Safety

Pour des mélanges de base et des synergies, regardez du côté des publications de Nerys Purchon : sa Bible de l'aromathérapie, traduite en français en 2001, date un peu maintenant, mais ça vous permet d'attendre qu'un éditeur fasse traduire son ouvrage le plus récent, révisé par Lola Cantele (2014). Elle y présente de nombreuses HE dans le détail, des huiles végétales et des macérâts (plantes infusées dans de l'huile végétale, comme le millepertuis par exemple). Elle a établi une liste de pathologies classées par ordre alphabétique, et les HE les plus adaptées. Elle indique clairement les précautions d'emploi. Il vous faudra néanmoins croiser vos informations pour certaines HE dans les formulations qu'elle propose, parce qu'elle n'indique pas toujours les contre-indications ou le nom botanique des HE.

Jetez un œil aux quelques fiches de lecture que j’ajoute régulièrement. Elles pourront peut-être vous aider à vous orienter dans un premier temps : j’y présente quelques autres ouvrages adaptés pour les débutants.

Quoi qu’il en soit, croisez les informations et ne vous référez pas à une seule source !

Guide d’initiation aux huiles essentielles

▷Guide d’initiation aux huiles essentielles > Comment débuter ?

>
Don`t copy text!