fbpx
Huile essentielle de menthe poivrée

Huile essentielle de menthe poivrée (Mentha x piperita)

L’huile essentielle de menthe poivrée figure parmi les plus connues. Familière peut-être, mais connaissez-vous aussi ses propriétés particulières ? Elle est décongestionnante, antispasmodique, cholorétique, emménagogue, anti-inflammatoire, antibactérienne, antalgique, stimulante mentale, elle soutient la concentration et la mémoire… Et contrairement à ce qu'on lit parfois ici et là, elle n'est pas neurotoxique !

More...

La menthe poivrée appartient à la famille des Lamiacées. C’est une hybride qui a d’abord été cultivée en Angleterre (on en trouve trace à la fin du 17e siècle). Elle ne pousse pas à l’état sauvage, contrairement aux plantes qui lui sont apparentées comme la menthe d’eau ou la menthe à feuilles frisées. Mais elle est plus puissante en arôme, en goût et en volume d’essence produite.

La médecine traditionnelle atteste des propriétés antispasmodiques et antiseptiques de la plante et de son huile essentielle. Elle est utilisée dans le traitement des rhumes (et gorge irritée), des crampes, de l’indigestion et de la nausée, de douleurs dentaires.

Menthe poivrée : l’huile essentielle

Menthe poivrée

1. Production

Extraction

L’huile essentielle de menthe poivrée est extraite par distillation à la vapeur des feuilles et sommités fleuries de la plante. Ces parties de la plante sont préalablement séchées à basse température.

Lieux de production

La menthe poivrée est produite dans de très nombreux endroits dans le monde. France, Royaume-Uni, Italie, Égypte, Ukraine, Hongrie, États-Unis…

2. Odeur et apparence

Odeur : herbeuse, fraîcheur piquante, caractéristique de la menthe, légèrement poivrée, ne persiste pas longtemps
Selon la nomenclature officielle de l'IFRA (Fragrance Ingredient Glossary–oct.2019) : herbeuse, mentholée, rafraîchissante
Apparence : liquide fluide transparent à vert très pâle

3. Composants majoritaires

L’huile essentielle de menthe poivrée contient plus de 100 composants identifiés, dont notamment du menthol, dont le pourcentage peut aller jusqu’à représenter la moitié de la composition totale (jusqu’à 49%), de l’acétate de menthyle, de la menthone, du 1,8 cinéole et du limonène. Présence variable de pulégone (ne doit pas dépasser 1%). 

La menthone n’est neurotoxique qu’à très fortes doses répétées dans le temps (testée sur des rats en laboratoire). Utilisée aux dosages recommandés, l'HE de menthe poivrée ne présente pas de risque particulier pour les personnes épileptiques, par exemple.

Le menthol est un composant que vous consommez très régulièrement, sans même le savoir. Par exemple, il est utilisé très couramment par l’industrie alimentaire (thés aromatisés, cocktails alcoolisés, chewing-gums, dentifrice…) ou parapharmaceutique (sirops, pastilles, pommades, etc.). C’est ce composant qui donne à la menthe poivrée son odeur piquante caractéristique. 

Cliquer sur l'image pour télécharger la fiche de synthèse
“Huile essentielle de menthe poivrée”

Principales molécules actives

Molécule active

%

Propriétés

menthol (monoterpénol)

32 à 38 %

antalgique, anti-inflammatoire, antibactérienne, antidiarrhéique, antifongique, antimicrobienne, antioxydante, antitussive, antivirale, cholorétique, stimulante des récepteurs du froid nasaux, gastroprotectrice, relaxante musculaire, spasmolytique, vasodilatatrice, etc.

menthone
(cétone monoterpénique)

21 à 28 %

antalgique, anti-inflammatoire, antibactérienne, antioxydante, cholorétique

acétate de menthyle

(ester)

3 à 6,4 %


1,8-cinéole

(oxyde monoterpénique)

5,25 à 6,25 %

acaricide, antalgique, anesthésique, anti-inflammatoire, antibactérienne, antifongique, antioxydante, antispasmodique, antivirale, immunostimulante, mucolytique, spasmolytique, etc.

menthofurane

(furanoïde)

1,2 à 4,8 %


limonène 
(monoterpène)

1,7 à 2,7 %

acaricide, antalgique, anesthésique,
anti-inflammatoire, antibactérienne, antidépressive, antifongique, antioxydante, antispasmodique, 
antivirale, gastroprotectrice, etc.

beta-caryophyllène

(sesquiterpène)

1,6 à 2,7 %

antalgique, anesthésique, anti-inflammatoire, antiarthériosclérose, antibactérienne, anticonvulsive, antifongique, spasmolytique, antivirale (herpès), immunomodulatrice, antidouleur (aiguë, chronique), repulsive insectes, etc.

4. Contre-indications de l’huile essentielle de menthe poivrée

  • On lit beaucoup de ne pas utiliser l’huile essentielle de menthe poivrée en cas de fibrillation cardiaque. Il semble bien que cette “information” soit erronée (une fois de plus !), et en lien avec des résultats d’analyse sur le menthol (naturel ou synthétique) des cigarettes aromatisées. On a encore beaucoup de chemin à faire avant de comprendre cet étonnant phénomène qui fait que les plantes, et les huiles essentielles qu'on en extrait, sont capables de n’agir que si c’est nécessaire. En deux mots, l’huile essentielle de menthe poivrée n’aura d’action sur votre tension que si vous en avez besoin. Sinon, elle ne fera rien !
  • Si elle est ingérée, elle détend le sphincter œsophagien inférieur, ce qui n'est vraiment pas indiqué si vous avez déjà des brûlures d'estomac (RGO).
  • L’huile essentielle de menthe poivrée est irritante pour les muqueuses. Si vous avez déjà une affection des muqueuses de l'estomac, évitez de l'ingérer, surtout pure !
  • Prudence dans l’utilisation avec les enfants : ne pas approcher l’huile essentielle de menthe poivrée du visage, ne pas utiliser pour un enfant de moins de 3 ans. En cas d’application cutanée, limiter à une petite zone.
  • Menthone et menthol ont été testés pour une éventuelle hépatotoxicité. Les résultats ont été négatifs. A contrario, l’hydrolat de menthe poivrée a constitué une protection du foie chez des souris à qui on avait administré de l'arsenic.
  • Une interaction est possible entre l’huile essentielle de menthe poivrée et les médicaments à base de félodipine (expérimentation sur animaux). Prudence, donc, si vous utilisez ce traitement, faites-vous conseiller par un·e spécialiste.
  • Femmes enceintes : pas d’utilisation pendant le 1er trimestre. Pour les éventuelles nausées, tournez-vous plutôt vers l’essence de citron. Pendant les 2 autres trimestres, prenez conseil auprès d’un·e spécialiste ou d’un médecin aromathérapeute si vous pensez nécessaire de l’utiliser, pour évaluer dans quelles conditions elle peut l’être : elle ne vous empoisonnera sûrement pas aux doses habituelles en aromathérapie, si vous êtes conseillée avec précision. Mais si vous ne l’avez jamais utilisée avant votre grossesse, ce n’est pas le moment pour la tester !

5. Propriétés et indications de l’huile essentielle de menthe poivrée

Fini les nez bouchés !

L’huile essentielle de menthe poivrée est décongestionnante. Elle est particulièrement performante en cas de rhume et d’obstruction des voies respiratoires.

Essentielle pour la sphère digestive

Elle est antispasmodique, notamment dans la sphère gastro-intestinale, et elle est une aide précieuse en cas de syndrome de l’intestin irritable (attention, consultez votre médecin pour un diagnostic précis). Elle a montré une action antispasmodique sur les muscles lisses. Elle est également cholorétique (aide à la secrétion de bile) et est utilisée traditionnellement dans le traitement des calculs biliaires. En cas de dyspepsie, elle sera efficace en synergie avec l’huile essentielle de carvi.

Emménagogue, mais PAS œstrogen-like !

Dans la littérature grand public notamment, l’huile essentielle de menthe poivrée est souvent notée « hormone-like ». Or, cette assertion ne s’appuie sur aucune étude connue. Elle a une action emménagogue, mais ne se substitue pas ni ne communique avec les récepteurs d’œstrogènes comme le feraient les hormones humaines.

Anti-inflammatoire

Elle est anti-inflammatoire et indiquée pour certaines affections buccales, où son action antibactérienne (Escherichia coli, Helicobacter pylori, Enterobacter aerogenes, Salmonella enteridis) est mise à profit par des bains de bouche, par exemple. Elle a démontré un potentiel antiviral.

Utile pour les coups et les bosses

Elle a une action antalgique par « effet froid » en application cutanée.

Menthol et mal de tête

En application topique (attention aux yeux !), elle permet de soulager les maux de tête (action du menthol).

Énergisante

L’huile essentielle de menthe poivrée a également montré un effet anti-soporifique et une amélioration des performances de la mémoire. Olfaction : évitez une inhalation le soir, vous risqueriez de vous endormir plus tard que prévu ! En revanche, elle peut dynamiser votre matinée en diffusion : mélangez-la avec une essence d’agrume (citron, pamplemousse, orange douce…) avant de verser quelques gouttes du mélange dans votre diffuseur.

Crevasses de l’allaitement

Lors de l’allaitement, les crevasses du mamelon sont assez courantes. Une préparation d’eau distillée additionnée de quelques gouttes d’huile essentielle a été testée et permet de les réduire de façon significative (et d’atténuer la douleur qui les accompagne au moment des tétées…). C’est un remède traditionnel en Iran.
Certain·es mettent en garde : l’huile essentielle de menthe poivrée pourrait couper la montée de lait. Comme chaque fois, tout dépend de vous ! De vos réactions, celles de votre corps, à cette huile essentielle précise. En ce qui me concerne, et parce que j’ai allaité ma fille tout en l’utilisant, elle n’a posé aucun problème, bien au contraire, pour cet aspect-là. Mais je ne suis pas la seule, loin de là ! :p Vous pouvez consulter à ce sujet le résultat de plusieurs expérimentations dans trois publications et un article de Robert Tisserand à ce sujet (Références).

Eveil créatif

6. L’autre option : l’hydrolat de menthe poivrée

Déployer la puissance des huiles essentielles pour les petits maux du quotidien n’est pas la seule option possible. Un hydrolat peut parfois tout à fait suffire. Pour en savoir un peu plus sur les hydrolats, les modes d’administration et les dilutions possibles, vous pouvez consulter Pourquoi utiliser les hydrolats ?

Exemples d’utilisation de l’hydrolat de menthe poivrée

1.

En cas de maux de tête, on peut mélanger 30 ml d’hydrolat de menthe poivrée avec 30 ml d’hydrolat de camomille noble. Avaler 2 cuillerées à soupe du mélange. En imbiber des compresses à appliquer en même temps sur le front et la nuque.

2.

Cet hydrolat de menthe poivrée est l’un des meilleurs toniques du système digestif. En cas de ballonnements ou de digestion difficile, 1 cuillerée à soupe ingérée lentement peut vous soulager (à répéter si besoin).

3.

Sur un bleu ou après un coup, versez une goutte unique d’huile essentielle d’hélichryse italienne sur la zone touchée, puis appliquez une compresse imbibée d’hydrolat de menthe. Le résultat de l’action combinée des deux peut être assez spectaculaire ! (Si vous n’avez pas d’hélichryse italienne, essayez juste avec la compresse.)

4.

Troubles de la ménopause : mélangez 10 ml d’hydrolat de rose, autant d’hydrolat de sauge et d’hydrolat de menthe. Ajoutez le mélange à un litre de votre eau de consommation, et buvez tout au long de la journée. Faites-le pendant 3 semaines, puis 1 semaine de pause. Reprenez ensuite si nécessaire. Pour les bouffées de chaleur, vous pouvez mélanger hydrolat de menthe poivrée et hydrolat de sauge sclarée ou de géranium rosat à parts égales dans un vaporisateur (spray). En cas de bouffée de chaleur, vaporisez sur le visage et la nuque, et vos poignets.

7. Propriétés psycho-olfactives (aromathérapie énergétique)

Chakras et huiles essentielles : vishuddha
Essentielle Marguerite - Menthe poivrée

L’huile essentielle de menthe poivrée est stimulante en cas de lassitude mentale. Elle donne un coup de pouce à la concentration et à la mémoire. En cas de déprime, de perte de motivation, elle redonne un coup de fouet salutaire.
On peut l’utiliser en diffusion (en petite quantité) ou en inhalation. Elle s’alliera plutôt bien avec l’essence de citron, qui complètera l’action stimulante.

Comment utiliser l’huile essentielle de menthe poivrée ?

Les Ptits conseils de Marguerite

En application cutanée

En inhalation

Sources

Asao T, Mochiki E, Suzuki H, et al. « An easy method for the intraluminal administration of peppermint oil before colonoscopy and its effectiveness in reducing colonic spasm », Gastrointestinal Endoscopy,2001;53(2):172-177.
Beesley A, Hardcastle], Hardcastle PT, Taylor CJ, « Influence of peppermint oil on absorptive and secretory process in rat small intestine », Gut 1996, 39: 214-219.
Chumpitazi BP, Kearns GL, Shulman RJ, « Review article: the physiological effects and safety of peppermint oil and its efficacy in irritable bowel syndrome and other functional disorders »,  Alimentary Pharmcology & Therapeutics 2018, Mar;47(6):738-752.
Geuenich S, Goffinet C, Venzke S, et al. « Aqueous extracts from peppermint, sage and lemon balm leaves display potent anti-HIV-1 activity by increasing the virion density »,Retrovirology 2008;5:27.
Göbel H, Schmidt G, Soyka D., Effect of peppermint and eucalyptus oil preparations on neurophysiological and experimental algesimetric headache parameters », Cephalalgia 1994;14(3):228-234.
Grigoleit, H.G., Grigoleit, P., 2005a, « Peppermint oil in irritable bowel syndrome », Phytomedicine 12, 601–606 (doi.org/10.1016/j.phymed.2004.10.005) ; 2005b, « Gastrointestinal clinical pharmacoogy of peppermint oil », Phytomedicine 12, 607-611 (doi.org/10.1016/j.phymed.2004.10.006). Sur l'effet antispasmodique gastrointestinal avéré.
Hausner, H., Bredie, W.L., Molgaard, C., et al,  A randomized trial of peppermint gel, lanolin ointment, and placebo gel to prevent nipple crack in primiparous breastfeeding womenMedical Science Monitor, 2008, 13(9), Cr406-411. Shanazi, M., Farshbaf Khalili, A., Kamalifard, M. et al, Comparison of the effects of lanolin, peppermint, and dexpanthenol creams on treatment of traumatic nipples in breastfeeding mothersJournal of Caring Sciences, 2015, 4(4), 297–307. Mentionnés par R. Tisserand dans son article “Peppermint and Breastfeeding“. Les trois consultés à propos du conseil d'utilisation pour les crevasses du mamelon. Voir aussi, également consulté : Sedigheh Amir Ali Akbari, Seideh Hanieh Alamolhoda, Alireza Akbarzadeh Baghban, Parvaneh Mirabi, Effects of menthol essence and breast milk on the improvement of nipple fissures in breastfeeding women, Journal of Research in Medical Sciences, 2014, 19(7), 629-633.
Hawthorn M, Ferrante], Luchowski E, Rutledge A, Wei XY, Triggle D], « The actions of peppermint oil and menthol on calcium channel dependent processes in intestinal, neuronal and cardiac preparations », Alimentary Pharmcology & Therapeutics 1988, 2: 101-118 (doi.org/10.1111/j.1365-2036.1988.tb00677.x).
Hills ]M, Aaronson PI, «
The Mechanism of Action of Peppermint Oil on Gastrointestinal Smooth Muscle », Gastroenterology 1991, 101: 55-65.
Kligler, Benjamin, Sapna, Chaudhary, « Peppermint Oil », Complementary and Alternative Medicine 2007, vol. 75, 7, 1027-30.
May, B., Kö¨hler, S., Schneider, B,. «
Efficacy and tolerability of a fixed combination of peppermint oil and caraway oil in patients suffering from functional dyspepsia »,  Alimentary Pharmcology & Therapeutics 2000, 14, 1671–1677.
May B, Kuntz HD, Kieser M, Kohler S, « Efficacy of a fixed peppermint oil/caraway oil combination in non-ulcer dyspepsia », Alimentary Pharmcology & Therapeutics 2002, 14: 1671-1677. Sur 9 études menées sur un total de 366 patients atteints du syndrome de l’intestin irritable, 3 n’ont noté aucun changement, 5 ont démontré un bénéfice significatif après utilisation (dose et durée calibrées) de menthe poivrée. Une autre étude en double-aveugle, menée sur 39 patients, avec une synergie de menthe poivrée et de carvi, a conclu à une réduction significative de la douleur en comparaison du groupe placebo.
Melli, MS, Rashidi MR, et al., “Effect of peppermint water on prevention of nipple cracks in lactating primiparous women: a randomized controlled trial”, International Breastfeeding Journal 2007, 2:7 (doi:10.1186/1746-4358-2-7).
Mohammad Jamal Saharkhiz, Marjan Motamedi, Kamiar Zomorodian, Keyvan Pakshir, Ramin Miri, Kimia Hemyari, Chemical Composition, Antifungal and Antibiofilm Activities of the Essential Oil of Mentha piperita L.”, ISRN Pharm. 2012; 2012: 718645 (doi: 10.5402/2012/718645).
Norrish MI, Dwyer KL. « Preliminary investigation of the effect of peppermint oil on an objective measure of daytime sleepiness », International Journal of Psychophysiology 2005;55(3):291-298.
Samojlik, I., Petkovic, S., Mimica-Dukic, N., Bozin B., «
Acute and chronic pretreatment with essential oil of peppermint (Menthapiperita L., Lamiaceae) influences drug effects », Phytotherapy Research 2011, 26, 820–825.
Sharma A, Sharma MK, Kumar M., « Protective effect of Mentha piperita against arsenic-induced toxicity in liver of Swiss albino mice », Basic  & Clinical Pharmacology & Toxicology 2007;100(4):249-257.
Sigmund and McNally, « The action of a carminative on the lower esophageal sphincter » Gastroenterology 1969: 56: 13-18. (Une dose de 15 gouttes d’HE dans 30 ml d'eau par voie orale  relaxe le sphincter œsophagien.)
Tisserand, Robert & Young, Rodney ,  Essential Oil Safety, 2nd edition, Churchill Livingstone Elsevier, 2014.
Umezu T, Sakata A, Ito H. « Ambulation-promoting effect of peppermint oil and identification of its active constituents », Pharmacology Biochemistry and Behavior 2001;69(3-4):383-390.

À lire aussi…
Huile essentielle de fragonia (Taxandria fragrans)
L’huile essentielle de fragonia (Taxandria fragrans), par ses puissantes propriétés apaisantes, calme l’anxiété ou l’angoisse qui surgit parfois lorsqu’on part[...]
Huile essentielle de sauge sclarée (Salvia sclarea)
​​​Sauge sclarée ou sauge officinale, il s’agit de ne pas les confondre. La sauge sclarée ne contient pas les composants[...]
  • laura dit :

    j’ai essayé le truc de la video…. tout le monde m’a dis t’es folle tu va avoir plein de problèmes avec la menthe et ton lait…. mais c’est trooooop bien enfin j’ai plus mal quand il sert les mamelons avec ces gencives super fortes!!!!! j’ai fait ce que vous dites une fois calendula et une fois l’autre…… et j’ai toujours trop de lait!! meeeerci!!!!

    • Corinne Essentielle Marguerite dit :

      Merci pour le partage d’expérience, Laura. Adapter à chaque cas, c’est la base. Heureuse de voir que cette méthode vous soulage, vous aussi ! 🙂

  • Catherine dit :

    J’ai souvent des remontées acides, qu’est-ce qe vous me conseillez ? Merci beaucoup d’avance

    • Corinne Essentielle Marguerite dit :

      Bonjour Catherine, difficile de vous aider sur un blog… Le meilleur conseil que je puisse vous donner ici, c’est de consulter un·e spécialiste près de chez vous. Bon courage 🙂

  • Illaya dit :

    j’aime bien vos articles c’est clair et on sent votre epxérience derrière ça rassure merci parce que j’ai toujours un peu peur avec la menthe

    • Corinne Essentielle Marguerite dit :

      Merci Illaya ^^ Vous avez raison d’être prudente, mais si vous savez qu’il faut l’être et bien se renseigner, vous savez le principal 😉

  • Marc Parmentier dit :

    Interressant.. attention quand même: ne pas utiliser chez les enfants s’ils ont moins de 3 ans, ça peut être dangereux

    • Corinne Essentielle Marguerite dit :

      Merci Marc, c’était noté dans le paragraphe qui concerne les contre-indications. Mais vous faites très bien d’insister, c’est une précaution très importante ! 🙂

  • >