fbpx
Organiser le rangement de ses produits naturels

▷Comment organiser le rangement de ses produits naturels ?


Essentielle Marguerite

Quand on commence à s’intéresser de près aux huiles essentielles, on est très vite embarqué·e. On commence à se fabriquer ses propres mélanges, ses crèmes, ses sérums. On élargit, on explore d’autres produits, comme les hydrolats, les huiles végétales, les vitamines qui servent à enrichir, les cires d’abeille, les bases neutres… Et on se retrouve très vite avec des dizaines de pots, de flacons, qui s’installent un peu partout dans la maison. Comment organiser tout ça ?

More...

débutant·e ou occasionnel

intermédiaire

avancé

1. Les lieux de rangement ou de stockage

Choisir la pièce principale

C’est l’endroit où vous serez lorsque vous vous occuperez de fabriquer vos produits, quels qu’ils soient. C’est donc là où vous les rassemblerez en majorité. Pour les avoir sous la main sans avoir à courir dans tout l’appartement ou la maison. L’idéal est d’y disposer, à portée immédiate, d’un point d’eau et d’un appareil pour chauffer les produits ou les mélanges qui en ont besoin.

Comment organiser le rangement ?
Organiser ses produits naturels : l'atelier

Donc, soit vous avez suffisamment de place pour installer un petit atelier dans une pièce où vous n’aurez pas besoin de le déménager tout le temps. Soit vous optez pour votre cuisine, où vous disposez en général déjà d’un évier et d’une cuisinière/gazinière.

2. Ranger ses produits naturels

Il va vous falloir réserver un placard, une petite armoire pour vos produits. À défaut, une simple étagère, mais prévoyez-la suffisamment grande pour accueillir tout ce dont vous disposez ET ce qui n’est pas encore là mais viendra par la suite.

Ranger ses produits naturels

Bien sûr, si vous avez des enfants, pensez sécurité ! Un placard en hauteur, une armoire qui ferme à clé… vos produits doivent toujours leur rester inaccessibles.

Certains de ces produits nécessiteront d’être conservés au réfrigérateur (les hydrolats notamment, les huiles essentielles d’agrumes…). Là encore, il vous faudra y réserver l’espace nécessaire. Autant prévoir que cet espace ne recevra pas autre chose que ces produits sensibles. Votre essence de citron parmi le fromage ou les concombres, ça n’est pas vraiment recommandé !

3. Le matériel de base pour ranger tout ça

Des boîtes avec couvercles

Produits naturels : des boîtes de rangement

Pour le réfrigérateur, réservez l’espace nécessaire, où vous pourrez ranger une boîte en carton recyclée, par exemple. Les boîtes à chaussures s’y prêtent plutôt bien : optez pour une boîte qui a suffisamment de hauteur. Certains de vos flacons, s’ils font 30 ou 50 ml, devront pouvoir y tenir debout : on évite en général de laisser le contenu en contact prolongé avec les bouchons ou couvercles, pour éviter des réactions chimiques indésirables.

Pour vos huiles essentielles, vous pouvez bien sûr investir dans une aromathèque toute faite. Vous savez, ces boîtes en bois avec de petits compartiments pour les flacons. On en trouve un peu partout aujourd’hui, de toutes les tailles et dimensions. 

Boîtes huiles essentielles

En fonction du nombre de vos flacons, vous adapterez votre choix. Le bois est idéal pour la conservation des huiles essentielles. Il laisse juste un peu d’air passer, et il empêche l’humidité de s’infiltrer.

Si vous êtes bricoleuse·eur, vous pourrez fabriquer cette boîte vous-même. Elle aura les dimensions exactes qui vous conviennent.

Ranger ses produits naturels

Enfin, vous pouvez là aussi recycler une boîte en carton. Vous y installerez des séparations également en carton et faciles à réaliser.

Points importants à retenir pour les huiles essentielles 

Les flacons :

  • Doivent être à la verticale ;
  • Être parfaitement bouchés ;
  • Être conservés à l’abri de la lumière directe et de l’humidité (pas de salle de bain, donc !), à température modérée à fraîche

Le transport

Prévoyez une petite trousse. Vous pourrez y glisser quelques flacons que vous choisirez d’emporter, en prévision de vos activités à l’extérieur. Au retour, vous leur ferez soigneusement réintégrer la boîte de rangement.

Des étiquettes

Soyez systématiques ! Étiquetez toujours vos flacons, pots, etc., dès que vous y versez une préparation. Là encore, on trouve très facilement des étiquettes autocollantes de toutes les tailles, couleurs et formes imaginables.

Étiquettes

Sur ces étiquettes, vous noterez exactement les composants de votre préparation. Et éventuellement le nom que vous avez donné à cette préparation : laissez libre cours à votre imagination !

Pensez aussi à vous procurer de petites étiquettes rondes adaptées aux dimensions des bouchons de vos flacons. Lorsqu’ils seront sagement rangés dans leur boîte, il vous sera facile de repérer ce que vous cherchez en l’ouvrant.

Un cahier ou carnet des “recettes”

Si vous avez une imagination débridée, vous donnerez peut-être des noms poétiques, farfelus, rigolos ou que sais-je, à vos préparations. “Atchoum” pour la synergie spéciale rhume, “Câlin dodo” pour la lavande vraie dans de l’huile végétale qui sert aux massages du soir de la petite dernière, “Aïaïaï” pour la synergie spéciale sciatique…

Votre mémoire est sans doute excellente et vous vous souviendrez parfaitement à quoi correspond chaque nom. Mais si vous avez beaucoup de pots et de flacons, vous risquez, au bout de quelques semaines, de ne plus très bien savoir ce que chacun désigne. Ça peut aller très vite quand on se prend au jeu ! 

Carnet de notes

Là aussi, soyez systématique. Prévoyez, après chaque préparation, de noter avec précision votre recette. Ingrédients, mode de préparation, quantités, etc. Et destination: à quoi sert cette préparation ? Pour quelle situation l’avez-vous faite ? Et vous pouvez même inscrire vos constats : “efficace”, “pas efficace”, “super efficace !”, “peut-être ajouter un peu plus de ceci, enlever un peu de ça”, “nullissime”, “je déteste l’odeur”… Notez tout !

Les ustensiles

Tous les ustensiles dont vous aurez besoin pour vos préparations ne doivent pas servir à autre chose. Ils doivent être dédiés uniquement à ça.

Si vous utilisez un mixer pour fabriquer vos savons, il ne devra jamais être utilisé pour réduire vos légumes en purée ! Il ne devra servir qu’à vos mélanges soude caustique/huile(s) végétale(s)/autres ingrédients.

Si vous utilisez une petite cuiller pour mélanger vos produits, elle ne devra jamais se retrouver dans votre yaourt. Et si vous utilisez un bol doseur pour mesurer vos composants, ne l’utilisez pas pour mesurer la farine nécessaire pour votre prochain cake.

Bref, vous avez compris, ces ustensiles sont réservés à cet usage particulier. Ils seront rangés au même endroit que vos produits : dans le placard ou l’armoire ou sur l’étagère réservée.

Ustensiles dédiés

4. Regrouper les produits naturels par type

N’éparpillez plus ! Une boîte (ou deux ou plus selon le nombre de flacons) pour vos huiles essentielles, une boîte pour les produits de base des préparations, une boîte ou un espace consacré pour vos huiles végétales… Regroupez par type de produits. Ça vous permet d’abord de trouver rapidement ce que vous cherchez. Ensuite, de vérifier facilement vos « stocks ». Et de pouvoir les renouveler si besoin.

Ce qui veut dire que vous aurez au plus 3 endroits différents où seront rangés vos produits. Un espace prévu dans le réfrigérateur pour les produits à conserver au froid. Une boîte à huiles essentielles dans un endroit frais. Une armoire ou un placard pour tout le reste, y compris les ustensiles. C’est tout !

Bien entendu, vos préparations ne sont pas destinées à rester enfermées. Si vous vous êtes concocté un petit pot de crème de nuit, il aura sa place – dûment étiqueté ! – dans votre armoire ou étagère de salle de bain !

5. Les produits sensibles

Parmi tous les produits dont vous disposez, un certain nombre demandent des précautions particulières. Pour qu’aucun enfant ne puisse y avoir accès. Mais aussi pour qu’un·e adulte non prévenu n’ait pas de mauvaise surprise.

Signal clair

Je vous conseille donc d’étiqueter ces produits-là de façon précise. À vous d’imaginer le signal nécessaire. Un énorme point rouge tracé sur votre étiquette, une tête de mort (tout le monde connaît ce signal et il est plutôt parlant, même pour les enfants !)… En tout cas, quelque chose de visible et de compréhensible très vite. Ça concerne par exemple la soude caustique, si vous faites vos savons. Ou bien tous vos flacons d’huiles essentielles : le signal sera sur la boîte placée en hauteur ou dans une armoire verrouillée.

6. Les plantes

Si vous faites sécher vos plantes, pour préparer vos macérâts, par exemple, vos teintures ou vos tisanes, la consigne est la même : ayez un endroit consacré à ça. Un abri de jardin, un coin de votre cave (si elle n’est pas humide !) ou de votre véranda, un petit coin protégé sur votre balcon…

Si vous débutez, il vous sera utile, là aussi, de prévoir des étiquettes. Les plantes une fois séchées peuvent être plus difficiles à reconnaître lorsqu’on n’est pas habitué·e.

Ensuite, vous pouvez les conserver quelque temps dans des pots de verre, étiquetés eux aussi, sur une étagère réservée.

Plantes séchées

8. Gérer son temps

Si vous débutez, prenez le temps de bien lister les choses en amont. Prévoyez clairement chaque étape de votre préparation. Évaluez aussi à l’avance les ustensiles et les contenants dont vous aurez besoin. Surtout qu’il vaut mieux les désinfecter à l’alcool et leur donner le temps de sécher.

Ne vous embarquez pas dans une préparation si vous soupçonnez que vous pourriez manquer de temps. Si vous commencez quelque chose, il faut être sûr·e de pouvoir aller au bout. Une préparation commencée et laissée en plan peut poser plusieurs problèmes. D’abord, elle peut être tout bêtement gâchée, et vous obliger à jeter des produits précieux pour reprendre à zéro. Ensuite, si vous ne vivez pas seul·e, il se peut qu’un·e curieux·se, grand·e ou petit·e, viennent fouiner par là si vous avez le dos tourné. Avec des conséquences pas toujours faciles à prévoir. Autant éviter !

Et vous, vous faites comment pour ranger vos produits naturels ?

Ces indications ne servent qu’à essayer de vous donner des idées, si vous vous êtes un peu laissé déborder.

Bien sûr, vous êtes peut-être, par nature, quelqu’un·e d’hyper organisé·e, et ce problème n’en est pas un pour vous. Tant mieux ! Mais justement, on est toutes curieuses de savoir quel petit truc inédit vous avez trouvé pour ça. Il y aura toujours, forcément, cette petite astuce à laquelle on n’avait pas pensé, mais qui résoud l’un de nos gros casse-tête. Vous nous dites ? Allez ! Partagez ! 🙂

>
Don`t copy text!