fbpx
Aromathérapie et animaux

Animaux et huiles essentielles


Aromathérapie et animaux, ça ne s’allie pas n’importe comment… 
Ce n’est un secret pour personne : de plus en plus de personnes, en Bretagne, en France, en Europe ou dans le monde, se tournent vers ce qu’on appelle les médecines complémentaires. Et parmi elles, l’aromathérapie, ou utilisation à visée thérapeutiques des huiles essentielles.
Les Français sont les champions d’Europe pour le nombre d’animaux de compagnie par habitant.
Rien d’étonnant alors si ces mêmes personnes, qui ont découvert les bienfaits de l’aromathérapie, souhaitent en faire bénéficier leurs petits compagnons et petites compagnes à 2 ou 4 pattes (ou pas de pattes du tout !). Mais il y a des précautions à prendre…

Aromathérapie et animaux

More...

débutant·e ou occasionnel

intermédiaire

avancé

13,5 millions de chats !

Un foyer sur deux, la moitié de la population totale, abrite un animal de compagnie. Ce qui représente rien moins que 13,5 millions de chats et 7,3 millions de chiens ! Sans compter les poissons, les plus nombreux, les oiseaux et les petits mammifères.

Population des animaux de compagnie
(chiffres 2016)

Aromathérapie et animaux

Rien d’étonnant alors si ces mêmes personnes, qui ont découvert les bienfaits de l’aromathérapie, souhaitent en faire bénéficier leurs petits compagnons et petites compagnes à 2 ou 4 pattes (ou pas de pattes du tout !).

Et en Bretagne, le nombre de chiens et de chats dans nos foyers approche les 900 000. Énorme ! C’est vrai, ça m’intéresse en particulier parce que c’est chez moi. Et puis sur les 900 000, il y a quand même mes deux chattes et mes deux chiens 😉 D’ailleurs, en passant, les chats ne disent pas “miaou” en breton (oui oui, c’est une vraie langue que des gens parlent pour de vrai), mais “mareñv”. Ça se prononce “marrrainw”, à peu près, c'est en tout cas comme ça que le disent mes chattes. Mais bon, je m'éloigne vraiment du sujet, là ! :p

Le vétérinaire d’abord, l’aromathérapie ensuite

La première chose à savoir, c’est que ce qui est valable et fonctionne pour les humains ne peut pas être étendu, de façon automatique, aux animaux. Ça ne vous viendrait pas à l’idée de grignoter leurs croquettes ou d’avaler leurs vermifuges, non ? Donc, ça peut paraître une évidence, mais il est bon aussi de le rappeler chaque fois qu’il est question d’huiles essentielles.

Si votre animal familier a un problème de santé, quel qu’il soit, vous savez comme moi que la toute première chose à faire est et reste de consulter son ou sa vétérinaire. Il ou elle le connaît, connaît son histoire de santé, et peut vous conseiller. Bien sûr, tous et toutes les vétérinaires n’ont pas été formé·es en aromathérapie animale. Le mien ne l’est pas du tout d’ailleurs. Cela ne doit pas vous empêcher de poser les questions nécessaires au vôtre. Ni de chercher, dans un deuxième temps, auprès de spécialistes, les informations qui vous manquent. Avant d’utiliser les huiles essentielles sur votre animal, pas après ! En fonction des composants d’une huile essentielle, votre vétérinaire peut déterminer s’ils sont adaptés ou non à l’état de santé de votre animal préféré.

Aromathérapie et animaux : sous conditions

Tilou, petite Royal Bourbon
tout juste débarquée de la Réunion
 

Certaines huiles essentielles peuvent être utilisées en application topique (cutanée) sur une zone délimitée chez les canins (chiens), les équidés (chevaux), et un certain nombre d’animaux à la ferme (bovidés, ânes, chèvres, moutons…). Ils peuvent également bénéficier de massages, de soins aux pattes ou aux sabots avec des HE. L’inhalation peut aussi être efficace, sous forme de diffusion ou de pulvérisation de l’environnement.

Les hydrolats sont souvent une alternative plus adaptées, et moins agressives que les huiles essentielles. Notamment pour les chats, en dose limitée.

Attention, chats sensibles !

Les huiles essentielles et les félidés (chats), c’est un domaine très complexe. Les chats ont un système métabolique très particulier et sensible, comme leurs organes internes. Leur foie et leurs reins sont incapables de traiter, et d’évacuer, les molécules que contiennent certaines huiles essentielles, par manque de l’enzyme nécessaire (glucuronosyltransferase).

Si vous utilisez des HE, pour vous-même ou votre famille, dans vos produits d’entretien de la maison, faites attention. Et si votre chat·e se comporte un peu bizarrement, repérez les signes. Si vous constatez l’un des symptômes énumérés à la suite, il se peut que votre petite bête fasse une réaction d’intoxication aux HE : salivation et bave en excès ; nausée et vomissements ; diarrhée ; irritation cutanée/des muqueuses, inflammation ; comportement confus, désorientation ; manque de coordination, tremblements, paralysie temporaire. Après l’avoir emmené consulter un vétérinaire illico presto, jouez les Sherlock Holmes et cherchez où votre animal a pu être en contact avec une HE…

Diffusion d’huiles essentielles et chats

Aromathérapie et animaux - chats


Gurki et Flak, curieuses et aux aguets,

comme tous les chats 

Diffusion : vous entendrez beaucoup dire que si un chat est dérangé par des HE en diffusion, il quittera la pièce. Mais oui bien sûr ! À mon avis, ceux qui disent cela ne connaissent pas grand-chose à la curiosité naturelle des chats – si vous en avez un ou une, vous savez de quoi je parle ! Votre appareil de diffusion – vapeur, couleurs, bruit, nouvelle odeur… – peut les intriguer au plus haut point, et ils sont capables de s’approcher pour voir ça de plus près, même si l’odeur les gêne. Alors redoublez de prudence !

Précautions et contre-indications

  • N’utilisez pas d’huiles essentielles en présence de chats sans vous être informé·e avec précision auparavant.
  • Ne versez pas d’huile essentielle dans la litière d’un chat.
  • Évitez d’utiliser des HE en présence ou près d’oiseaux. Leurs systèmes respiratoire et métabolique ne leur permettent pas de traiter les molécules qui les composent.
  • Évitez toute utilisation sur des femelles gestantes (qui attendent des petits), allaitantes ou sur des animaux nouveaux-nés.
  • N’utilisez pas d’huiles essentielles en présence ou près des poissons, des reptiles ni des amphibiens (les niveaux de pH de leur peau et leur environnement aqueux ne le permet pas).
  • Soyez très prudent·e avec les petits rongeurs et mammifères du type lapins, hamsters, cobayes, souris, rats, gerbilles, furets, etc. Optez plutôt pour des hydrolats, après vous être renseigné·e de près.
  •  Soyez également prudent·e avec les chiens de petite taille ou très jeunes (ne pas utiliser du tout avant leurs 6 mois), les animaux âgés ou fragile, ou qui ont des problèmes de santé.

N’appliquez jamais les HE…

  • …sur la truffe, les babines, les moustaches, les yeux, les oreilles, l’appareil génital d’un animal
  • … sans les diluer. La dilution est impérative, notamment sur les coussinets des pattes, où il ne faut jamais les appliquer sauf pour soigner une infection ou une petite blessure (ces coussinets, chez les chiens, font partie de leur système sensoriel olfactif, il faut le protéger).
  • … pures ou en grandes quantités directement sur la peau.
  • Si vous diffusez des HE dans un but thérapeutique, procédez par courtes séquences et non par diffusion constante. Une à deux HE pendant 5-10 mn au plus, toutes les 4 heures.
  • Si vous utilisez des HE pour entretenir ou parfumer votre intérieur, tenez compte de la présence de vos animaux. Ils peuvent inhaler les HE, les lécher sur vos meubles et surfaces : soyez prudent·e ! N’utilisez jamais d’HE pour nettoyer la cage d’un oiseau, la litière d’un chat ou l’habitat/aquarium des petits mammifères, poissons, reptiles et amphibiens..

  • Règle d’or : dans le doute, abstenez-vous ! 
    On a tout à fait le droit de ne pas tout savoir – c’est d’ailleurs un cas un peu général 🙂 –, mais dans le cas de l’aromathérapie et des animaux, on s’abstient d’abord, on se renseigne, et on avise ensuite.

Huiles essentielles à fuir pour les chats et les oiseaux

La liste ci-dessous ne prétend pas être exhaustive, et si une HE n’y figure pas, ça ne veut pas dire qu’elle peut être utilisée, surtout avec les chats et les oiseaux. Mais vous pouvez repérer un certain nombres de composants qui constituent les HE listées, et qu’il faut vraiment éviter dans le cas des chats et des oiseaux. Si vous envisagez une HE qui ne figure pas ici, renseignez-vous avant de l’utiliser.

  • Essences d’agrumes (Citrus)
  • Basilic (toutes espèces)
  • Cajeput, niaouli, tous les Melaleucas (tea tre, etc.) + ne pas utiliser sur les chiens ni petits mammifères
  • Carotte (semences)
  • céleri (semences)
  • Citronnelle e HE à fort % en camphre
  • Conifères (pins, sapins, épicéas)
  • Elemi et encens (toutes espèces)
  • Genévrier (baies)
  • Lavandin et lavande aspic
  • Menthe poivrée et menthe des champs
  • Noix de muscade
  • Romarin (tous chémotypes)
  • Thym (tous chémotypes)
  • Toutes les HE à fort % en salicylate de méthyle (bouleau, gaulthérie) + n’utiliser avec aucun animal
  • Toutes les HE à fort % en cétones et/ou phénols
  • et/ou pinènes

Huiles essentielles envisageables en aromathérapie pour animaux

Aromathérapie et animaux

Leuwah, labrador, découvre la rivière d’Argent…

Pour chiens, chevaux, ânes, chèvres, bœufs, vaches, moutons (non, Perrette n’est pas concernée 🙂 )

En appliquant les recommandations de sécurité et des dosages appropriés

Les essences d’agrumes (Citrus) : citron zestes, citron vert, orange douce, pamplemousse, mandarine
Les HE de fleurs : camomille noble et matricaire, le géranium rosat, le jasmin (absolue), la lavande vraie, le néroli, le patchouli, la rose, la sauge scalrée, l’ylang ylang
Les autres HE : le cyprès toujours vert, le palmarosa, le petitgrain bigarade
L’HE d’oliban (Boswellia carterii ou sacra) est possible, mais il semble qu’elle puisse diminuer les niveaux de sucre dans le sang. Utiliser donc avec prudence sur des animaux sujets au diabète ou aux déséquilibres des taux de sucre.

Et pour les chats ?

Oui, c’est bien là une question importante ! Optez plutôt pour des essences florales (type Fleurs de Bach) ou des hydrolats, notamment les hydrolats de lavande vraie, de camomille matricaire… Ne prenez pas de risque inutile, même si votre voisin-copain–meilleure amie-groupe de réseau social vous dit le contraire. Après tout, vos petites bêtes vous font confiance, elles font partie aussi de vos meilleur·es ami·es, et elles vous aiment sans condition. C’est vous qui en êtes responsable, pas l’inconnu du réseau social qui ne les connaît pas.

En revanche, si vous êtes conseillé·e par un·e spécialiste, qui se base sur sa propre expérience, alors rien à redire !

Conseiller des huiles essentielles à des humains pour des animaux sans avoir la moindre notion des risques que cela présente, de l’histoire de santé des uns et des autres, du fonctionnement de l’organisme de ces animaux, c’est plutôt irresponsable. Et puis ça expose les animaux à des risques d’intoxication bien inutiles.

On les aime ? On les protège ! 🙂

Référence
K. H. Azzaro, aromathérapeute clinique de plus de 20 ans d’expérience, spécialisée dans l’aromathérapie et les essences florales pour animaux, ma formatrice et principale référence pour tout ce qui concerne les HE et les animaux.
Chiffres pour la Bretagne : La Bretagne, terre d’animaux de compagnie ?

  • Fabien L dit :

    Merci!!!! Ça m’aide beaucoup pour mes loulous!!

  • >
    Don`t copy text!