fbpx
Diffusion huiles essentielles

▷Guide d’initiation aux huiles essentielles > Choix du mode d’administration

Tester d’abord, choisir le mode d’administration ensuite

Avant d’utiliser une huile essentielle, quelle qu’elle soit, vous devez vérifier que votre corps ne la rejette pas. Il s’agit d’une substance très concentrée et puissante, et votre système immunitaire peut la considérer comme dangereuse pour vous. C’est la raison pour laquelle il vous avertit par une réaction d’irritation ou par une réaction plus forte d’allergie.

Si vous avez l’une de ces réactions à l’issue du test, une seule action possible : n’utilisez pas cette huile essentielle !

Et soyez rassuré·e : il y a toujours moyen de trouver une autre huile essentielle qui vous permettra d’agir sur l’affection que vous vouliez améliorer.

1. Le test

Comment procéder pour effectuer ce test ?

  1. Diluer votre HE dans une petite quantité d’huile végétale. Divisez par deux le pourcentage de dilution que vous envisagez pour votre soin futur : si votre mélange doit contenir 5 % de cette HE, par exemple, dosez votre test à 2 % environ (reportez-vous à la calculatrice si besoin).
  2. Appliquez 1 à 2 gouttes sur la face interne de votre coude.
  3. Assurez-vous de garder cette zone au sec pendant au moins 24 heures. Le mieux, pour détecter une éventuelle allergie, est de patienter 48 heures.
  4. Les réactions d'irritation se produisent assez rapidement (dans le 1/4 d'heure qui suit). Si le cas se produit, nettoyez la zone de test avec une huile végétale, puis rincez avec savon et eau claire. Cette HE ne vous convient pas.
  5. Une réaction allergique peut se produire beaucoup plus tard, et se manifester ailleurs sur votre corps que sur la zone d’application. C’est la raison pour laquelle il vaut mieux attendre 48 heures et surveiller l’ensemble de votre corps.
  6. Dans l’idéal, il faut répéter ce test une seconde fois : une réaction allergique se produit en deux temps. Au premier contact avec la substance allergisante, votre corps analyse cette substance mais ne réagit pas encore. Lorsque vous appliquerez cette substance une seconde fois, votre système immunitaire aura peut-être produit des anticorps à la suite de la première application, et votre allergie se manifestera sur la peau.

Gardez en mémoire qu’une réaction allergique peut se manifester après plusieurs contacts avec une substance. En d’autres termes, même si vous avez déjà utilisé telle ou telle HE sans problème plusieurs fois, il se peut que vous développiez une allergie au cours du temps qui ne sera apparente qu’au bout de 5, 10, 20 utilisations…

2. Choisir un mode d’administration

Mode d'administration : inhalation

La première règle est de respecter les dosages et dilutions recommandés pour l’huile essentielle particulière que vous utilisez, en fonction de la personne à qui elle est destinée. N’hésitez pas à demander conseil à un·e spécialiste en aromathérapie ou à votre médecin, s’il ou elle est formée à ce sujet.

Pour vous guider sur le choix du mode d’administration, voici, dans les grandes lignes, dans quels cas on opte pour l’un ou l’autre. 

Pour gagner du temps et poser des bases solides
à votre utilisation des huiles essentielles :
le module Découverte
Cliquez sur l’image pour savoir comment !

Découverte des huiles essentielles

Les principales raisons du choix d’un mode d’administration

Diffusion aérienne

  • Désinfection de l’air
  • Prévention ou soulagement pendant les périodes de rhumes et affections respiratoires
  • Aide au sommeil, à la relaxation, à l’apaisement du stress et des angoisses
  • Parfum d’ambiance et création d’une atmosphère particulière

Reportez-vous aux conseils et recommandations sur les diffuseurs pour choisir celui qui répond à vos objectifs.

Stick inhalateur individuel

  • Affections respiratoires (rhino-pharyngites, congestion nasale, sinusite…)
  • Stimulation du système immunitaire, maux de tête, fatigue, nausée
  • Protection contre les bactéries et les virus dans des lieux sensibles
  • Aide au sommeil ; équilibrer certains états émotionnels

Inhalation à la vapeur

  • Affections respiratoires et congestion nasale

Compresses aromatiques

  • Atténuation de la douleur musculaire et articulaire : rhumatismes, arthrose, douleurs dorsales, sciatique…
  • Atténuation de la douleur : maux de tête, migraine, douleur dentaire, crampes et spasmes (muscles, appareil digestif, spasmes des règles…)
  • Aide à la circulation sanguine, à la réduction de cellulite
  • Amélioration des œdèmes, varices, entorses, contusions, blessures, plaies
  • Réduction de la fièvre

Bain aromatique

  • Relaxation, détente
  • Aide au sommeil, à l’équilibre émotionnel
  • Diminution de l’anxiété, du stress
  • Aide à la circulation sanguine, soulagement des douleurs menstruelles, des spasmes musculaires et affections articulaires
  • Aide pour les problèmes rhénaux, les infections urinaires, les intestins irritables (bain de siège)
  • Aide en cas de fatigue des pieds, pied d’athlète (bain de pieds)

Mélange aromatique (synergie)

  • Massage, cellulite, douleurs, relaxation et détente
  • Soin du corps et de la peau : acnée, dermatoses, rosacée et couperose, eczéma, veines variqueuses, hématomes, infections cutanées
  • Soins cosmétiques : soin de jour/de nuit, sérum, parfum…
  • Applications cutanées poignets/plexus solaire/nuque/zone des ganglions lymphatiques dans de nombreuses affections
  • Flacon à bille (roll-on) : maux de tête et migraines, soutien émotionnel…

Spray aromatique

  • Désinfection de l’air (maison, bureau, toilettes…)
  • Cosmétique et problèmes de peau
  • Parfum personnalisé, déodorant, eau de toilette…

3. Votre premier mélange diffusion

Mélange détente et relaxation

Le nombre de gouttes à utiliser dans votre diffuseur dépend de plusieurs paramètres : la contenance de votre diffuseur (ultrasonique : diffusion avec vapeur d’eau), la grandeur de la pièce où vous diffusez… Référez-vous aux précisions données par le fabricant. Mais d’une manière générale, il est inutile d’utiliser de grandes quantités d’HE. Commencez avec une très petite quantité (4 à 5 gouttes, par exemple, pour un brumisateur, c’est largement suffisant) et ne l’augmentez que si c’est nécessaire en fonction de l’objectif que vous vous êtes fixé.

Préparez le mélange dans un petit flacon ambré ou bleu (5 ml au plus). N’en préparez pas de grandes quantités : testez-le d’abord. Il sera toujours temps de refaire ce mélange quand vous en aurez besoin.


5 gouttes d’HE de lavande vraie (Lavandula angustifolia), 
3 gouttes d’HE de petitgrain bigaradier (Citrus aurantium ssp aurantium), 
2 gouttes d’HE d’oliban (Boswellia sacra, ou B. carterii).

Versez quelques gouttes de ce mélange dans votre diffuseur et… diffusez !

Vous pouvez diffuser dans la journée ou le soir. Faites-le par petites séquences courtes, dans une pièce bien ventilée.

Ce mélange ne présente aucune contre-indication.
N’utilisez pas d’huiles essentielles oxydées ou trop vieilles.
Refermez soigneusement le flacon contenant le reste du mélange et conservez-le dans un endroit sec, à l’abri de la lumière directe.

Le saviez-vous ? L’oranger bigaradier permet d’obtenir 3 huiles essentielles différentes. Vous savez lesquelles ? Fouillez la boîte à images de Marguerite ! 

Les huiles essentielles efficaces selon les cas

Vous pouvez télécharger directement l’infographie ci-dessous. Vous y trouverez une liste d’huiles essentielles adaptées à chaque objectif d’utilisation…

Diffusion huiles essentielles

Guide d’initiation aux huiles essentielles

  • Alexandra P dit :

    J’adooore!!!! C’est super clair et bien expliqué! Merci Marguerite! <3

  • >
    Don`t copy text!