fbpx
Huiles essentielles et virus : que peut-on en dire à l'heure actuelle ?

Huiles essentielles et virus : ressources en ligne


Aucune étude n'existe actuellement sur l'efficacité supposée ou démontrée d'une ou de plusieurs huiles essentielles au regard de la prévention ou du traitement de l'affection provoquée par le covid-19. Ce qui n'a rien d'étonnant en soi : il est très difficile de déterminer les HE les plus efficaces face à un virus dont les chercheurs découvrent de nouvelles données sur son mode d'action jour après jour.
Les quelques propositions existantes, pour l'instant, envisagent le soutien de l'organisme face à certains symptômes. C'est très certainement mieux que rien et permet d'avancer, mais on est très loin d'un protocole complet et ciblé avec exactitude.

More...

débutant·e ou occasionnel

intermédiaire

avancé

Pour un rappel des seules certitudes actuelles en matière d'aromathérapie et de covid-19, sans extrapolations hypothétiques, voir Huiles essentielles et virus : que peut-on en dire à l'heure actuelle ?

État des lieux au 18 avril 2020

Les effets du covid-19 sont encore loin d'avoir été tous déterminés. Pour preuve (parmi bien d'autres), la confirmation en date du 17 avril – plus de trois mois après les premiers cas officiels recensés – d'un constat qui commençait à émerger il y a quelques jours à peine : le covid-19, selon des chercheurs zurichois, est une inflammation vasculaire systémique. Ce qui implique que l'atteinte des poumons ou des voies respiratoires n'en est que l'un des symptômes.

Se précipiter sur les huiles essentielles actives sur les voies respiratoires peut certes soulager en partie ce symptôme, en soutien de la lutte de l'organisme contre ce virus. Mais ça n'est, malheureusement, qu'une petite partie du problème, qui va bien au-delà de la pneumonie. Toute prétention à prévenir ou traiter le covid-19 par les plantes ou les huiles essentielles reste actuellement au niveau de la spéculation.

Les chercheurs de l'Hôpital universitaire de Zurich (UZH) ont constaté que si les premiers patients souffraient de pneumonies très difficiles à traiter, ils ont aussi remarqué de plus en plus de troubles cardio-vasculaires avec défaillance de plusieurs organes, ce qui est très inhabituel en cas de "simple" pneumonie.

Après examen très fin des tissus de patients décédés, ils ont pu déterminer que l'inflammation touche l'endothélium, paroi interne protectrice des vaisseaux sanguins dans plusieurs organes. C'est là que le covid-19 provoque la mort des cellules et par extension, celle des tissus et des organes touchés…

Pour ces chercheurs, il semble donc que le virus attaque le système immunitaire par le biais de cet endothélium et de ses récepteurs ACE2. Et tous les organes peuvent être touchés : poumons mais aussi cœur, cerveau, reins ou bien tube digestif.

Selon le communiqué de l'Hôpital de Zurich, les deux modes d'action à privilégier sont la lutte contre la multiplication du virus et la protection et la stabilisation du système vasculaire. Notamment celui des patients à risque (hypertension, diabète, maladies cardio-vasculaires), dont la caractéristique est un endothélium déjà fragilisé.

L'article de l'équipe de chercheurs publié dans The Lancet : “Endothelial cell infection and endotheliitis in COVID-19”
À noter aussi, l'étude menée dès février qui constate que des patients considérés comme guéris après une atteinte par le covid-19, et testés négatifs, peuvent redevenir positifs après quelques jours : “Positive RT-PCR Test Results in Patients Recovered From COVID-19"
Et celle sur les dysfonctionnements de l'odorat associés au covid-19 : “Association of chemosensory dysfunction and Covid-19 patients presenting with influenza-like symptoms”

7 mai 2020 : une dépêche de l'AFP reprend les propos d'un porte-parole de l'OMS. Selon ce porte-parole, le mécanisme en action lorsqu'une personne est testée positive au covid-19 après en avoir été guérie n'est pour l'instant pas certain. Il semblerait que "ces patients expulsent les restes de matériel de leurs poumons, dans la phase de récupération". En ce cas, il ne s'agirait donc pas d'une ré-infection. D'après les experts, on ignore encore si l'organisme acquiert, de façon systématique, une immunité suffisante pour faire face à une nouvelle contamination par le virus, ou bien en ce cas, combien de temps dure cette immunité.

“Selon notre étude, si vous avez une perte de l'odorat et du goût, vous avez 10 fois plus de risques d'avoir une infection causée par le Covid-19 qu’une infection causée par autre chose. Le premier signe le plus fréquent d'une infection du Covid-19 reste la fièvre, mais fatigue et perte d'odorat et du goût sont ensuite les autres symptômes initiaux les plus répandus. ”

Carol Yan​
Association of chemosensory dysfunction and Covid-19 (…), voir ci-dessus.

Des publications pour aider à la réflexion…

Les publications recensées ici sont destinées à nourrir cette réflexion qui, faute de conditions pratiques, ne peut avoir de validation immédiate. Pour autant, rien n'empêche d'essayer de se préparer pour des temps où ces conditions seraient réunies et permettront d'accompagner réellement les patients touchés par le virus.

Quelle que soit la conviction personnelle sur l'efficacité des huiles essentielles dans le cadre d'une atteinte par covid-19, à l'heure actuelle, prudence et réflexion s'imposent dans ce qui est communiqué au grand public. Dire "on peut supposer que", dans des circonstances aussi exceptionnelles, n'a strictement rien de condamnable et ne remet pas du tout en cause les expertises.

Seules sont indiquées des publications accessibles gratuitement en ligne.
D'autres documents pourront être ajoutés ultérieurement.

Sur l'activité de certaines HE sur certains virus précis

A Astani, J Reichling, P Schnitzler – 2011
Screening for Antiviral Activities of Isolated Compounds from Essential Oils, Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine-Hindawi, ID253643

Shannon Becker, PhD – mars 2020
Essential Oils and Coronaviruses, tisserandinstitute.org

A Brochot et al. – 2017
Antibacterial, antifungal, and antiviral effects of three essential oil blends, Microbiologyopen, 6(4): e00459

Marvielyn Magsombol – 2012
Antiviral activity of selected essential oils and terpenes, "magistère" de pharmacie
Le document est très étayé et propose une bibliographie à consulter pour compléter les informations (limitée aux publications d'avant 2012, par définition).

MK Swamy et al. – 2016
Antimicrobial Properties of Plant Essential Oils against Human Pathogens and Their Mode of Action: An Updated Review, Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, Hindawi, ID3012463

S Vimalanathan, J Hudson – 2014
Anti-influenza virus activity of essential oils and vapors, American Journal of Essential Oils and Natural Products, 2(1): 47-53

SZ Moghadamtousi et al. – 2014
A Review on Antibacterial, Antiviral, and Antifungal Activity of Curcumin, Biomed Res Int, 186864.
Il s'agit d'une étude de l'action des composés de la plante.

Contributions de quelques aromathérapeutes (non exhaustif)

Dr Daniel Pénoël, co-auteur de l'Aromathérapie exactement, auteur de l'Aromathérapie quantique, médecin aromathérapeute depuis 40 ans, à propos des HE "anti-inflammatoires"
Peut-on dire d'une huile essentielle, d'une plante, qu'elle est anti-inflammatoire ?, mars 2020

Un texte en réponse aux différentes alertes du mois de mars, en écho aux préconisations de la médecine conventionnelle sur les risques des AINS dans les cas d'affections du covid-19, qui mettaient en garde contre les HE "anti-inflammatoires". Les huiles essentielles fonctionnent très différemment.

Frances Dalys, MSc, FICTA (Fédération des associations de thérapies complémentaires d'Irlande, Infection Prevention and Control for the Clinic Room, Advice for therapists, mars 2020

Rappel des mesures de prévention, des notions de base sur les micro-organismes, sur le système respiratoire ; description du mécanisme de l'infection ; proposition d'exercices pour l'augmentation de la capacité respiratoire ; les HE utiles en diffusion ; rappel sur les mécanismes de défense du corps ; les gestes quotidiens, etc.

André Bollard, praticien en aromathérapie quantique, pour une synthèse des connaissances sur les virus, les coronavirus et une approche théorique possible dans le choix des HE
Virologie : bases théoriques et approche de l'aromathérapie quantique, mars 2020

Un rappel de ce qu'est un virus et de son fonctionnement ; les caractéristiques du covid-19 ; une approche théorique possible selon les enseignements de l'aromathérapie quantique.

Marc Ivo Böhning, naturopathe-kinésithérapeute, pour une proposition de protocole de soins
Coronavirus et huiles essentielles. Protocole dosage et contre-indications, avril 2020

Le document et le protocole proposé sont basés, sauf erreur, sur un protocole utilisé par l'auteur dans des cas d'influenza. Mais l'auteur n'indique pas de façon exacte si ce protocole a été effectivement appliqué, par lui ou quelqu'un d'autre, dans quel cadre exactement, quels en ont été les résultats ni s'ils sont probants (améliorations des symptômes ? lesquelles ? divergences selon les patients traités ? limitations éventuelles ? adaptations des dosages ? guérisons effectives constatées en lien avec ce protocole précis ? quel terrain initial des patients ? etc.).
En fonction de l'évolution constante des connaissances acquises, jour après jour, par les chercheurs du monde entier sur le covid-19 dont le mécanisme d'action commence seulement (17 avril, voir plus haut) à être mis au jour, une action sur la voie respiratoire seule paraît très aléatoire, notamment en fonction du terrain initial des patients.

En annexe : sur l'apport suggéré de la médecine chinoise classique

Globalement, les études publiées sur la MTC (médecine traditionnelle chinoise) n'ont pas réussi à faire la preuve irréfutable de son action décisive dans le traitement du covid-19. Cela ne prouve en aucun cas que la MTC ne serait pas efficace : il se trouve simplement que les études en question ne répondent pas aux critères de rigueur de l'expérimentation, et certaines décrivent des traitements MTC appliqués en parallèle de traitements conventionnels, sans être en mesure de déterminer, de façon indépendante, auxquels des deux attribuer les effets.

JL Ren, AH Zhang, XJ Wang – 2020
Traditional Chinese medicine for covid-19 treatment, Pharmacol Res, 155: 104743,
doi: 10.1016/j.phrs.2020.104743 ; et correction

S Wan, Y Xiang et al. – 21 mars 2020
Clinical Features and Treatment of Covid-19 Patients in Northeast Chongqing, J Med Virol, publication en ligne avant impression, doi: 10.1002/jmv.25783

Liu Lihong, Professeur honoraire, Institut de Recherche Clinique de Médecine chinoise classique, Université de Guangxi de médecine et de pharmacologie traditionnelles chinoises
Ne vous contentez pas de réparer le virus : réflexion sur la quarantaine à Guilin (trad. Sébastien Hantz), 29 mars 2020

Un ouvrage général diffusé par l'Institut de Recherche pour le Développement

François Saluzzo, Pierre Vidal, Jean-Paul Gonzalez – 2004
Les virus émergents, ISBN 2-7099-1539-1

Constats et conseils en vidéo

Françoise Couic-Marinier, Docteur en pharmacie, spécialiste de l'aromathérapie et des huiles essentielles – avril 2020

David, aromathérapeute de l'IFPA (institut d'aromathérapie fondé et dirigé par Gabriel Mojay) – février 2020
1re vidéo d'une série de l'IFPA Aromatherapy tournées en direct de Shanghai.

Mise en ligne 18 avril 2020

  • Nat S. dit :

    Très utile vu le flot de bêtises qu’on peut lire partout merci

  • >
    Don`t copy text!