Egyptology: The Missing Millenium

Le Dr Okasha El Daly, savant égyptien basé à Londres, écrivait ceci en 2005, dans son passionnant ouvrage Egyptology: The Missing Millenium (UCL Press)​​ :


L’image de la reine dans les sources médiévales arabes est celle d’une monarque puissante et compétente, très protectrice de l’Égypte. (…) on y admire son savoir scientifique d’érudite et ses compétences d’administration. L’aspect le plus intéressant dans cette représentation est celle d’une savante qui a contribué, de manière significative, aux domaines de l’alchimie, de la médecine et des mathématiques. (…)
Les sources arabes se réfèrent souvent à Cléopâtre comme « La Vertueuse Érudite » et citent les livres scientifiques écrits par elle comme des ouvrages de référence dans leur domaine. (…)
Cette représentation arabe de Cléopâtre contraste avec l’image habituelle des sources gréco-romaines et ultérieures, qui présentaient la reine comme une hédoniste, une séductrice, une reine trompeuse et ambitieuse à l’excès.

Il cite notamment le voyageur, géographe et historien Al-Mas’ûdî (Xe siècle) :
C’était une sage, une philosophe qui gagna les rangs des érudits et appréciait leur compagnie. Elle écrit aussi des livres sur la médecine, les philtres et la cosmétique, en plus de bien d’autres ouvrages qu’on lui attribue, que connaissent ceux qui pratiquent la médecine.

(Traduction de l'anglais : Essentielle Marguerite)

x
>
© Essentielle Marguerite