fbpx
9 huiles essentielles anti-moustiques

9 huiles essentielles pour lutter contre les moustiques

En plus de provoquer des démangeaisons très désagréables, les moustiques, en nous piquant, peuvent transmettre de nombreuses maladies. 9 huiles essentielles en particulier peuvent vous aider à lutter contre ces moustiques, grâce à leurs composants particuliers. Pour augmenter leur efficacité, il est très utile de s’appuyer sur leur synergie, plus efficace souvent qu’une utilisation individuelle.

débutant·e ou occasionnel

intermédiaire

avancé

1. Les 9 huiles essentielles anti-moustiques les plus efficaces

1

Citronnelle de Ceylan (Cymbopogon nardus) ou de Java (Cymbopogon winterianus)

Géranium rosat (Pelargonium graveolens)

3

Lavande vraie (Lavandula angustifolia)

Thym ct linalol (Lavandula angustifolia) ou Basilic ct linalol (Ocimum basilicum ct linalol)

Basilic tropical (Ocimum basilicum ct méthylchavicol)​​

Cataire (Nepeta cataria)

Lemongrass (Cymbopogon citratus)

Rose de Damas (Rosa x damascena)

Eucalyptus citronné (Corymbia citriodora) ?

(En fin d’article, des propositions de mélanges.)

• Huiles essentielles de citronnelle, Java et Ceylan

Elles permettent de repousser les moustiques communs, qu’on appelle aussi maringouins (Culex pipiens), auxquels on est habitué (ou toujours pas !) en Europe. Mais aussi toute une série d’autres moustiques potentiellement vecteurs de maladies. Notamment Aedes aegypti et Aedes albopictus (le fameux “moustique tigre”), vecteurs de la malaria, de la dengue, du chikungunya, du paludisme… 
Elles sont utilisées dans de nombreuses formules anti-moustiques du commerce.

Pour éviter toute réaction négative de la peau, notamment les peaux sensibles, ne les utilisez pas à une dilution supérieure à 10 %. La durée de protection est variable, mais avec les taux de dilution recommandés en application cutanée, elle ne dépassera pas 2 ou 3 heures.

• Géranium rosat cv Égypte ou Bourbon

En application cutanée, vous pouvez l’utiliser à une dilution inférieure à 17 %. Elle a l’avantage certain d’avoir un parfum fleuri plus supportable dans le temps – pour les humains ! – que celui de la citronnelle. Mais ça reste bien sûr très subjectif et dépend de chacun.

• Lavande vraie

C’est la plus souple d’utilisation, puisqu’elle peut protéger aussi les enfants et les femmes enceintes. C’est son taux important de linalol qui lui donne une vraie efficacité face aux moustiques.

• Thym ct linalol ou basilic ct linalol

L’huile essentielle de thym ct linalol est la plus douce des huiles essentielles de thym. Attention, pour lutter contre les moustiques, n’utilisez pas d’autres chémotypes de thym que celui-la. Il contient un taux élevé de linalol. Et c’est ce linalol, allié au limonène, à l’alpha-pinène et au terpinène-4-ol, qui lui donne son activité insecticide et répulsive.
Le basilic ct linalol, dit aussi “basilic européen”, est aussi la version la plus douce des basilics. C’est lui qui vous rappellera, à l’odeur, le basilic de vos jardins. À la présence d’un taux élevé de linalol dans sa composition s’ajoute l’action répulsive et insecticide du 1,8 cinéole, de l’eugénol, et du répulsif beta-caryophyllène.

• Basilic tropical

L’efficacité de ce chémotype de basilic, à haute concentration en méthylchavicol, a été testée (en laboratoire) avec efficacité contre les moustiques porteurs de malaria. Mais tout le monde n’apprécie pas forcément sa senteur légèrement anisée.

• Cataire

L’huile essentielle de cataire (Nepeta cataria) qui fait partie de la famille des menthes (Lamiaceae), est peut-être un peu moins connue que les autres. L’herbe-à-chat, dont elle est extraite, est sans doute plus célèbre pour son action stimulante sur les félidés. Qu’il s’agisse d’ailleurs de chats, de tigres ou de léopards ! L’une des hypothèses pour expliquer l’attirance des chats pour cette plante est justement qu’ils pourraient s’en servir contre les attaques des moustiques. Elle contient du nepectalactone, qui a démontré repousser les cafards et les moustiques. C’est le cas aussi d’une espèce voisine, l’herbe-à-chat grecque (Nepeta parnassica). L’huile essentielle de cataire a démontré mieux repousser plusieurs espèces de moustiques que du DEET, produit de synthèse qui entre fréquemment dans la composition des produits anti-moustiques.

• Lemongrass

Légèrement moins efficace que la citronnelle, elle fait néanmoins partie des huiles essentielles qui ont fait leurs preuves. Vous pouvez l’utiliser en application cutanée, néanmoins, soyez prudent·e : limitez la dilution à un taux très bas (0,7 % maximum) pour les peaux hypersensibles ou abîmées, ne l’utilisez pas sur un enfant de moins de 2 ans ni si vous êtes enceinte, et évitez sur les peaux hypersensibles ou abîmées.

Dans l’idéal, il faut mélanger citronnelle de Java (ou de Ceylan) avec lemongrass : elles se potentialisent (se renforcent l’une l’autre) et leur effet ensemble est plus puissant que l’une ou l’autre séparément. Mais leur durée de protection n’est pas plus longue que celle de la citronnelle de Java seule.

• Rose de Damas

C’est la moins abordable : elle coûte cher. Et son action répulsive d’insectes n’est sûrement pas la première qu’on met en général en avant. Mais vous y réfléchirez peut-être, sachant qu’elle contient du citronnellol pour un tiers de sa composition, environ 1/5e de géraniol, tous deux insecticides et répulsifs. Elle est donc qualifiée au même titre que la citronnelle. Vous hésiterez peut-être à utiliser la “précieuse des précieuses” dans ce contexte, mais si elle est votre seul recours, elle peut vous aider à sauver votre peau !

• Eucalyptus citronné ?

C’est une huile essentielle très souvent mentionnée quand il s’agit d’éloigner les moustiques. Et si, en médecine chinoise, l’eucalyptus citronné est connu depuis des lustres, c’est en 1960 qu’on a découvert ses propriétés en occident. Elle aurait l’avantage, grâce à l’action du citronnellal, répulsif et insecticide, de repousser les guêpes plus encore que les moustiques.

Ses propriétés répulsives d’insectes la font citer, la plupart du temps, en tête de liste dans la lutte contre les moustiques. Or, il semble bien qu’elle est loin d’être la plus efficace, et que le conseil de l’utiliser dans ce but soit une erreur, répétée sans fondement sur de nombreux sites (et dans certains ouvrages). 

L’huile essentielle d’eucalyptus citronné contient du para-menthane 3,8-diol (PMD). C’est cette molécule qui lui donnerait ses propriétés répulsives. Mais le taux de présence de cette molécule n’y dépasse jamais 2%. Par comparaison, les répulsifs commercialisés en contiennent jusqu’à 64 % pour être vraiment efficaces. Et la molécule doit être présente à hauteur de 20 % minimum pour avoir une réelle action répulsive d’insectes. Ce qui disqualifie l’huile essentielle d’eucalyptus citronné seule…

2. D’autres huiles essentielles efficaces

Les 9 huiles essentielles indiquées plus haut figurent parmi les plus courantes, ou les plus faciles à se procurer et à utiliser. Elles ont peu de contre-indications – renseignez-vous toujours avec précision – et la plupart, aux taux de dilution adaptés, peuvent être utilisées pour les enfants.

Attention à l’huile essentielle d’estragon

Mais d’autres huiles essentielles ont également été testées pour leur action répulsive sur certains insectes, comme l’estragon (Artemisia dracunculus) par exemple, avec plus de 75% de méthylchavicol (estragole). L’inconvénient de cette huile essentielle, ce sont ses contre-indications : elle ne convient pas pour les enfants de moins de 12 ans, ni pour les femmes enceintes. Elle n’est pas recommandée non plus si vous avez des problèmes de coagulation du sang. Et si vous avez, ou avez eu, une affection œstrogéno-dépendante, vous l’éviterez aussi. Bref, elle n’est pas simple à utiliser du tout, et il est finalement peut-être plus sage de la mettre de côté. Mais aussi de savoir pourquoi, si jamais vous en trouviez la recommandation (mal placée) ailleurs 😉

L’huile essentielle de litsée, double utilité possible

L’huile essentielle de litsée (Litsea cubeba) réunit de nombreux composés connus pour leur activité répulsive d’insectes (géranial, limonène, néral…), notamment de moustiques. Elle peut même être intéressante pour ses propriétés déodorantes, si vous cherchez à faire d’une pierre deux coups (sur la tête des moustiques, on est d’accord :p). Mais elle est délicate d’utilisation : elle ne convient pas pour les femmes enceintes, les enfants de moins de 2 ans. Il faut aussi l’éviter sur les peaux hypersensibles ou abîmées. Si ces contre-indications ne vous concernent pas, vous pouvez l’intégrer (pas plus de 0,8%) au mélange déodorant aux huiles essentielles proposé dans un autre article…

3. Composition des huiles essentielles efficaces contre les moustiques

Les composés des huiles essentielles les plus efficaces sont des monoterpénols : citronnellol, géraniol, le linalol ; un ester : méthylchavicol (estragole) ; des monoterpènes : limonène, gamma-terpinène, beta-caryophyllène ; des aldéhydes : citronnellal, géranial, néral… Si vous ne disposez d’aucune des huiles essentielles indiquées, mais que vous en avez d’autres, vérifiez la présence et la concentration de ces composés. Vous avez peut-être sous la main quelque chose qui pourra vous dépanner de façon temporaire.

9 huiles essentielles pour lutter contre les moustiques

Lorsqu’on est simple utilisateur d’huiles essentielles, les noms de ces composés paraissent sans doute très exotiques. Alors si vous êtes dans ce cas, ne vous laissez pas effrayer, et n’hésitez jamais à poser des questions à ce sujet à un·e spécialiste des huiles essentielles. Certain·es d’eux eux sont suffisamment formé·es et ont assez de pratique (l’un ne va pas sans l’autre pour un vrai conseil en aromathérapie 😉 ) pour vous indiquer avec précision quelle huile essentielle, parmi celles dont vous disposez, peut vous offrir une protection suffisante selon le contexte. Ne vous basez pas uniquement sur les infos que vous trouverez ici et là sur le web, on y lit à peu près tout et n’importe quoi… Et même si je peux vous assurer que ce que je vous indique est sérieusement étayé, vérifiez toujours et croisez les informations. C’est de votre santé qu’il s’agit !

4. Des exemples de synergie

Comme je l’indique plus haut, ces huiles essentielles peuvent avoir une efficacité plus importantes lorsqu’elles sont utilisées en synergie. Voici donc deux exemples de mélanges qui pourront être utiles à tous, y compris enfants, femmes enceintes et personnes sensibles. 
L’équivalence en gouttes est mesurée ici pour un codigouttes 1 ml = 30 gouttes. Le flacon utilisé peut être à bille (“roller” ou “roll-on”), qui facilite l’application. Pour calculer d’autres quantités, ou si vos codigouttes sont plutôt calibrés à 25 gouttes pour 1 ml, utilisez les calculatrices mises à votre disposition ici 😉

Mélange 1

Dans un flacon d’un volume de 30 ml, versez 36 gouttes (1,20 ml) d’HE de citronnelle de java, 30 gouttes d’HE de lavande vraie, 18 gouttes d’he de géranium rosat cv Égypte et complétez par de l’huile végétale d’amande douce ou de coco (28,2 ml). 

Mélange 2

Dans un flacon d’un volume de 30 ml, versez 18 gouttes d’HE de cataire et 7 gouttes (0,8%) d’HE de litsée. Compléter par de l’huile végétale d’amande douce ou de coco (± 29 ml).

Aérosol (spray)

Pour la pulvérisation sur les textiles, rideaux, moustiquaires, vous pouvez préparer un aérosol (spray). Votre base peut être de l’éthanol. Restez dans des concentrations d’huiles essentielles basses (pas plus de 2%, c’est suffisant). N’en préparez pas de grosses quantités à l’avance (conservation) et agitez vigoureusement avant utilisation.
Cet aérosol peut vous servir contre les insectes en général, qu’ils soient volants ou rampants : les moustiques seront éloignés, les mouches apprécient très peu le géranium rosat, les puces fuient la lavande vraie, et les cafards n’aiment vraiment pas la cataire !

Diffuseurs

Préparez un mélange de 10 gouttes de chacune des huiles essentielles que vous avez choisi d’utiliser, et versez 4 à 5 gouttes de ce mélange dans votre diffuseur. Pour les précautions spécifiques à la diffusion, consultez l’article qui lui est consacré.

5. Vigilance et précautions utiles

Si vous êtes en Europe, dans une zone où évoluent principalement les maringouins, ou moustiques communs, les huiles essentielles recensées ici peuvent largement suffire. Pour les zones tropicales, fréquentées par des moustiques vecteurs de maladies comme la fièvre jaune, par exemple, soyez très vigilant·e. Même si les huiles essentielles indiquées ont une action insecticide ou répulsive, assurez-vous une grande régularité dans l’application. Et si le risque est élevé, consultez des médecins spécialistes qui vous guideront vers des protections plus adaptées.

Pensez à vous laver régulièrement : les moustiques sont très attirés par la transpiration. Une transpiration plus abondante est rapidement plus odorante lorsqu’il fait chaud, que vous avez fait du sport, etc. Plus vous attendez avant de rincer cette transpiration, plus vous indiquez aux insectes que vous êtes un mets délectable ! Si vous voulez en savoir un peu plus sur les raisons pour lesquelles certain·es sont plus susceptibles d’être piqué·es que d’autres, cet article sur un site consacré au moustique tigre vous donnera de bonnes pistes.

En dehors de la protection cutanée, certaines actions sont à mettre en place pour éviter la prolifération des moustiques chez vous ou autour de l’endroit où vous habitez, même temporairement. Vous savez sans doute que les points d'eau et les eaux stagnantes sont les plus susceptibles d’abriter les insectes en nombre. Mais ces expressions doivent être comprises de manière très large : un simple verre d’eau oublié dans un coin peut devenir un vrai couvoir à moustiques ! En 2012, l’ARS avait publié un dépliant qui contient de nombreux conseils fort utiles à ce sujet. Ce dépliant est toujours accessible en ligne (cliquez sur l’image ci-dessous), n’hésitez surtout pas à le consulter.

Dépliant ARS-moustiques

6. Pas de chance, j’ai été piqué·e !

Quel que soit l’anti-moustique utilisé, il n’exclue pas totalement la possibilité de se faire piquer. Si vous tardez à renouveler l’application, par exemple. En ce cas, pour calmer les démangeaisons, plusieurs solutions sont possibles. Comme je suis un véritable aimant à bêtes-qui-piquent en tout genre, je les ai testées plus d’une fois !

Parmi les ressources naturelles, vous pouvez opter pour un vinaigre de cidre, de l’oignon cru ou de l’ail. Appliqués sur la zone de la piqûre, ils apaisent les démangeaisons. Mais leur parfum n’est pas forcément très agréable.

Les huiles essentielles sont, pour la grande majorité, anti-bactériennes et anti-inflammatoires. Elles peuvent calmer et désinfecter le site d’une piqûre, et permettre d’éviter une éventuelle infection. Parmi les 9 huiles essentielles présentées plus haut, thym ct linalol et lavande vraie (ou lavande fine) sont apaisantes et calment les démangeaisons. Le tea tree fonctionne aussi, j’ai eu l’occasion à maintes reprises, et d’autres sur mon conseil, de la tester et de le constater.

La lavande aspic est souvent recommandée lorsqu’il y a piqûre d’insectes, pour lesquelles elle a prouvé être efficace, notamment grâce à ses composés 1,8 cinéole et camphre. Mais sur moi, elle ne l’est pas, allez savoir pourquoi ! Quand je vous dis que nous ne réagissons pas tous de la même façon aux huiles essentielles, et qu’il faut tester, ce n’est pas pour rien ! En tout cas, préférez ne pas l’utiliser sur un enfant de moins de 3 ans, optez plutôt pour la lavande vraie.

Quelle que soit l’HE que vous choisirez d’utiliser, une goutte pure sur la piqûre, et ensuite, diluez-la à 2 % dans une huile végétale. Cette fois, préférez-en une qui pénètre rapidement la peau, comme les huiles de noisette ou de jojoba.

Piqûre d’abeille : test en direct !

Piqûres de moustiques, morsures d’araignées ou de puces, j’ai eu maintes fois l’occasion de tester l’efficacité des huiles essentielles pour les apaiser. Mais je n’avais jamais été piquée par une abeille…

Il y a 2 jours exactement (11 juillet), j’ai voulu protéger Tilou, ma petite chienne, de sa curiosité insatiable. Elle s’intéressait de très près à une abeille qui marchait dans l’allée du jardin. Inquiète de la voir s’approcher de trop près et se faire piquer, j’ai voulu chasser l’abeille dans l’herbe. Mon geste maladroit a eu pour seul effet de faire retomber l’abeille sur ma main. 

Piqûre d’abeille

Réaction immédiate de l’insecte face à l’“agression” : planter son dard dans le gras de mon pouce. Ça brûle très fort et très vite toute la partie inférieure de ma main. Je retire tout de suite le dard, mais le venin a eu le temps de pénétrer.

Je rentre dans la maison et j’attrape mon flacon d’huile essentielle de fragonia, dont je connais bien l’effet antalgique. Soulagement immédiat : la douleur ressentie diminue au moins de moitié en moins de 5 secondes. Je patiente 1 minute, et j’applique une goutte de lavande fine. La douleur devient presque imperceptible. 2 minutes plus tard, nouvelle goutte de lavande fine. Je ne ressens pratiquement plus aucune douleur. L’endroit où le dard s’est planté forme une toute petite boule rouge, entourée d’une zone plus claire de 2 ou 3 millimètres. La zone ne gonfle pas. Dans l’heure qui suit, j’ai l’impression qu’il ne s’est rien passé. Le soir, j’applique une nouvelle goutte de lavande fine. Le lendemain, hier donc, la zone me démange légèrement par moment.

Aujourd'hui, il ne me reste plus aucune trace de cette piqûre venimeuse. Merci fragonia et lavande 🙂

7. La Trousse “voyage”… pas que pour le voyage !

Pour terminer, vous pouvez aussi télécharger la Trousse aromatique du voyage proposée ici. Le “voyage” recouvre de nombreuses réalités qu’on peut très bien vivre sans partir de chez soi, ou en tout cas sans aller à l’autre bout de la Terre. Vous y trouverez de nombreux conseils utiles tout au long de l’année, et en particulier l’été. Piqûres d’insectes, coups de soleil, mal des transports… vous y trouverez très certainement des infos qui vous intéresseront. Ne vous en privez pas, ce pdf est gratuit et à votre disposition !

La Trousse aromatique du voyage

Références utiles

À propos de l’inefficacité de l’huile essentielle d’eucalyptus citronné comme répulsive d’insectes, je vous conseille la lecture de l’excellent article du Dr Shannon Becker, PhD, aromathérapeute : “Buzz, Buzz, Buzz... Keeping Mosquitoes Away”, paru dans le numéro de mai 2017 du magazine AromaCulture.

Amer, Abdelkrim and Heinz Mehlhorn. 2006. "Repellency Effect Of Forty-One Essential Oils Against Aedes, Anopheles, And Culex Mosquitoes". Parasitology Research 99 (4): 478-490. doi : 10.1007/s00436-006-0184-1.
Sergio Andrade-Ochoa, Daniela Sánchez-Aldana, Karla Fabiola Chacón-Vargas, et al., Oviposition Deterrent and Larvicidal and Pupaecidal Activity of Seven Essential Oils and their Major Components againstCulex quinquefasciatus Say (Diptera: Culicidae): Synergism–antagonism Effects, Insects. 2018 Mar; 9(1): 25. Published online 2018 Feb 14. doi : 10.3390/insects9010025.
S. Bedini, G. Flamini, R. Ascrizzi, F. Venturi, G. Ferroni, A. Bader, J. Girardi, B. Conti, “Essential oils sensory quality and their bioactivity against themosquito Aedes albopictus”, Sci Rep. 2018; 8: 17857. Published online 2018 Dec 14. doi : 10.1038/s41598-018-36158-w.
Mijat Božović, Rino Ragno, “Calamintha nepeta (L.) Savi and its Main Essential Oil Constituent Pulegone: Biological Activities and Chemistry”, Molecules, 2017 Feb; 22(2): 290. Published online 2017 Feb 14. doi : 10.3390/molecules22020290.
Emily J. Dennis, Olivia V. Goldman, Leslie B. Vosshall, “Aedes aegypti Mosquitoes Use Their Legs to Sense DEET on Contact”, Current Biology, vol. 29-9, p1551-1556.E5, May 2019, DOI : https://doi.org/10.1016/j.cub.2019.04.004.
Marta Ferreira Maia, Sarah J Moore, “Plant-based insect repellents: a review of their efficacy, development and testing”, Malar J. 2011; 10(Suppl 1): S11. Published online 2011 Mar 15. doi : 10.1186/1475-2875-10-S1-S11.
G. Gkinis, A. Michaelakis, G. Koliopoulos, et al, 2014. "Evaluation Of The Repellent Effects Of Nepeta Parnassica Extract, Essential Oil, And Its Major Nepetalactone Metabolite Against Mosquitoes". Parasitology Research 113 (3): 1127-1134. doi : 10.1007/s00436-013-3750-3.
Jong Kwang Yoon, Kang-Chang Kim, Yeondong Cho, et al., Comparison of Repellency Effect of Mosquito Repellents for DEET, Citronella, and Fennel Oil, J Parasitol Res. 2015; 2015: 361021. Published online 2015 Oct 7. doi : 10.1155/2015/361021.
Gil Menda, Eyal I. Nitzany et al., “The Long and Short of Hearing in the Mosquito Aedes aegypti”, Current Biology, vol. 29-4, p709-714.E4, Feb. 2019, doi : https://doi.org/10.1016/j.cub.2019.01.026.
Joshua I. Raji, Nadia Melo, John S. Castillo et al., “Aedes aegypti Mosquitoes Detect Acidic Volatiles Found in Human Odor Using the IR8a Pathway”, Current Biology, vol. 29-8, p1253-1262.E7, April 2019, doi : https://doi.org/10.1016/j.cub.2019.02.045.
William Reichert, Jadrian Ejercito, et al., “Repellency Assessment of Nepeta cataria Essential Oils and Isolated Nepetalactones on Aedes aegypti”, Sci Rep. 2019; 9: 1524, doi : 10.1038/s41598-018-36814-1.
Duangkamon Sritabutra, Mayura Soonwera, “Repellent activity of herbal essential oils against Aedes aegypti(Linn.) and Culex quinquefasciatus (Say.)”, Asian Pac J Trop Dis. 2013 Aug; 3(4): 271–276, doi : 10.1016/S2222-1808(13)60069-9.
Ashish Uniyal, Sachin N Tikar, Murlidhar J Mendki, et al., “Behavioral Response of Aedes aegypti Mosquito towards Essential Oils Using Olfactometer”, Published online 2016 Jan 6, J Arthropod Borne Dis. 2016 Sep; 10(3): 370–380. Published online 2016 Jan 6.

À lire aussi…
Animaux et huiles essentielles
​Aromathérapie et animaux, ça ne s’allie pas n’importe comment… Ce n’est un secret pour personne : de plus en plus de[...]
Utiliser les huiles essentielles : notre bien-être, notre responsabilité
​Bois de santal, bois de rose, agar ou bois de oud, nard de l’Himalaya… : autant d’huiles essentielles recommandées pour[...]
  • Léo Bissonnette dit :

    Oups! moustiques

  • Léo Bissonnette dit :

    Aérosol testé ici. Efficace, très, contre les mouches. Ça soulage, merci. Faudra voir pour les oustiques… Léo

    • Corinne Essentielle Marguerite dit :

      Super, Léo ! Merci pour la confirmation. 🙂

  • >